• info@droitepopulaire.be

Category Archive Communiqués

Communiqué

COMMUNIQUÉ – Comme le Conseil d’État, la DROITE POPULAIRE veut une Loi Pandémie conforme à la Constitution et à la CEDH

COMMUNIQUÉ
Comme le Conseil d’État, la DROITE POPULAIRE veut une Loi Pandémie conforme à la Constitution et à la CEDH


La commission juridique de la DROITE POPULAIRE a longuement analysé le long et détaillé avis (138 pages) que le Conseil d’Etat a rendu le 7 avril 2021 et relatif à l’avant-projet de Loi Pandémie.


http://www.raadvst-consetat.be/arrets/68936.pdf


Contrairement à ce que certains titres de presse peuvent laisser entendre, le Conseil d’État a sévèrement critiqué le texte déposé par la Ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden et exige une réécriture complète tenant compte de ses remarques mais également de celles de la Commission de l’Intérieur de la Chambre, de l’Autorité de Protection des Données, du Conseil Supérieur de la Justice, de l’Institut fédéral de protection et de promotion des droits humains, du Conseil national du travail et du Conseil central de l’économie. Tous ont émis des avis particulièrement critiques sur le texte de l’avant-projet de loi.


Sans entrer dans des détails techniques, après lecture attentive, il apparaît évident que les innombrables rappels, par le Conseil d’Etat, à la Constitution, à la Convention Européenne des Droits de l’Homme et donc aux droits fondamentaux, qui ne peuvent être dérogeables que sous des conditions extrêmement strictes et parfaitement définies (proportionnalité), ainsi qu’au fonctionnement normal de nos institutions démocratiques, rendre au Parlement sa juste et légitime place, sont des critiques violentes des mesures liberticides prévues dans le projet de la Ministre de l’Intérieur.Le Conseil d’Etat insiste particulièrement sur la jurisprudence du Conseil constitutionnel, de la Cour européenne des droits de l’Homme ainsi que de la Cour de Justice de l’Union européenne en matière de sauvegarde des libertés fondamentales.


Cet avant-projet de loi, que la DROITE POPULAIRE avait dénoncé dans son communiqué du 11 mars 2021 comme inacceptable, se voit donc renvoyé à leurs auteurs pour réécriture complète. L’avis du Conseil d’État est sans ambiguïté et sans concessions. Dans le cadre d’une telle loi, il ne peut y avoir de décisions prises exclusivement par le Codeco, soit un fonctionnement de type confédéral parfaitement inconstitutionnel, pas plus que de comité d’experts, rôle devant être attribué au Conseil supérieur de la Santé. La Chambre doit être rétablie dans son rôle de gardienne des libertés et de la démocratie et redevenir Maîtresse des Horloges.


Cerise sur le gâteau, contrairement à ce qu’avait affirmé la Ministre de l’Intérieur, jamais le Conseil d’État n’a avalisé ni même été consulté sur les décisions règlementaires du gouvernement via arrêtés ministériels, ce qui confirme une fois de plus l’illégalité totale des mesures liberticides Covid.Extrait (page 36): « Consécutivement à l’urgence invoquée, le Conseil d’État, section de législation, n’a jamais été saisi d’une demande d’avis sur les projets de ces arrêtés ministériels. »


Un élément qui sera certainement pris en compte par la Cour d’Appel de Bruxelles lorsqu’elle rendra son ordonnance, très probablement avant le 30 avril, statuant sur la légalité des arrêtés ministériels limitant les libertés fondamentales de la population.Ceux qui espèrent avoir une Loi Pandémie prête à l’emploi pour cette date croient sans doute aux miracles.


Des éléments qui sonnent le glas du triumvirat De Croo-Verlinden-Vandenbroucke qui s’est substitué à la primauté des pouvoirs du Parlement, émanation de la souveraineté populaire.
La DROITE POPULAIRE se félicite de ce coup d’arrêt à l’arbitraire classant la Belgique parmi les démocraties illibérales de l’Union européenne.


www.droitepopulaire.behttps://www.facebook.com/PartiPolitiqueDroitePopulaire/


Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-Président

COMMUNIQUE Les conseillers communaux de la DROITE POPULAIRE déposent questions et motions suite à la condamnation de l'Etat belge

COMMUNIQUE – Les conseillers communaux de la DROITE POPULAIRE déposent questions et motions suite à la condamnation de l’Etat belge

L’Etat belge a été condamné, par le Tribunal de première Instance de Bruxelles, à mettre un terme à la situation d’illégalité apparente découlant des mesures restrictives des libertés et droit fondamentaux reconnus par la Constitution et les instruments internationaux qui lient la Belgique.

Les Conseillers communaux de la DROITE POPULAIRE (Vanessa Cibour à Herstal et Jean-Claude Tissier à Chatelet) interpelleront leur Collège échevinal pour que ces deux communes abandonnent en conséquence leurs propres mesures de police attentatoires aux libertés individuelles.

Complémentairement, une motion sera déposée en vue de demander à la Chambre de rejeter le projet de « Loi Pandémie » pour non-conformité à la Constitution.

La DROITE POPULAIRE exige que le Parlement reste le lieu unique de prises de décisions.

www.droitepopulaire.be

https://www.facebook.com/PartiPolitiqueDroitePopulaire/

Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-Président

Les décisions du gouvernement démontrent quel point le monde politique et les « Experts » sont désormais totalement déconnectés des réalités.

COMMUNIQUÉ – Quatre marches arrières pour une marche avant

COMMUNIQUÉ – Quatre marches arrières pour une marche avant

Les dernières décisions du gouvernement démontrent à quel point le monde politique et les « Experts » sont désormais totalement déconnectés des réalités.

Alors que des clusters sont clairement identifiés dans le milieu scolaire, les familles et accessoirement les lieux de travail ; ce gouvernement décide de fermer à nouveau les métiers de contacts et les commerces qualifiés de « non-essentiels », soit les lieux où les risques de contamination sont dérisoires, et cela, pour certains, quelques semaines à peine après leur réouverture. Après l’HoReCa et la culture, les apparatchiks décideurs condamnent de nouveaux des pans entiers de notre économie à une faillite certaine.

Et ce n’est certainement pas la rustine des prises de rendez-vous dans les commerces qui y changeront quoique ce soit. Qui va prendre rendez-vous pour se rendre à l’Inno, Zara, H&M ou chez C&A, ou même dans une boutique d’un shoping center ? Voilà encore une mesure stupide du même acabit que le projet de tests à l’entrée des restaurants, des cafés ou des salles de spectacle.

Alors que les températures vont commencer à dépasser les 20°, les rassemblements à l’extérieur sont à nouveau dans le collimateur. Qui imagine pouvoir contenir les foules dans les parcs et autres lieux de rassemblements ? Les citoyens doivent-il craindre une spirale de violence de la part de forces de l’ordre instrumentalisées dans un rôle exclusivement répressif ?

Pendant ce temps, en un an, pas un seul lit d’hôpital supplémentaire n’a été implémenté. Pas une infirmière en plus n’a été engagée.

De qui se moque la nomenklatura ?

Quelles sont les mesures concrètes pour accélérer la vaccination qui est désormais le fiasco annoncé par la DROITE POPULAIRE en novembre 2020 ? Quelles sont les propositions pour sortir le pays du peloton des loosers européens ?

La DROITE POPULAIRE réclame une nouvelle politique et la mise à l’écart des « experts » obnubilés exclusivement par l’éradication du virus sans se soucier un seul instant de la disparition des commerçants, des indépendants et, au-delà, de la classe moyenne dans son ensemble.

www.droitepopulaire.be

https://www.facebook.com/PartiPolitiqueDroitePopulaire/

Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-Président

« Loi pandémie », le pouvoir donné aux non-élus

COMMUNIQUE

« Loi pandémie », le pouvoir donné aux non-élus

La DROITE POPULAIRE dénonce, depuis son communiqué du 6 avril 2020, une succession implacable de mesures liberticides réduisant à peu de choses, voire à néant, les libertés et droits fondamentaux des citoyens belges ; nombre de constitutionnalistes et juristes ont rejoint depuis lors notre analyse.

Le projet de « loi pandémie » d’Annelies Verlinden , Ministre de l’Intérieur, n’a pour seule ambition que de vouloir graver dans le marbre l’esprit et la lettre de la trentaine d’arrêtés ministériels pris, sans vote du parlement, pour « gérer » la crise sanitaire Covid-19. Le verbe « gérer » n’est même pas ici à considérer comme un euphémisme, car rien ne démontre scientifiquement que les batteries d’interdictions qui se sont implacablement succédées ont eu un impact significatif sur la circulation du virus et donc sur la maîtrise de la situation.
Tous les pays européens ont eu des approches très différentes vis-à-vis de la pandémie. De la Suède restée très libérale à la France ou la Belgique figurant parmi les pays les plus liberticides, tous ont connu à un moment ou un autre des vagues importantes d’hospitalisations et de décès. Il faut tout simplement reconnaître que la science manque de recul et de données pour comprendre pleinement comment vit et se propage le Covid-19 au sein des sociétés humaines.

Que contient le projet de « loi pandémie » ? Va-t-elle enfin corriger une année d’errance démocratique ?

Nous ne nous attarderons pas sur les violations flagrantes concernant la gestion des données des citoyens (voir Article 6 du projet). L’Autorité sur la Protection des Données a déjà rendu un avis cinglant sur le sujet et auquel nous renvoyons.
Ce qui sidère le plus dans ce projet de loi, c’est avant tout le flou juridique le plus complet. A-t-il vraiment été rédigé par des juristes ? La juriste et avocate Annelies Verlinden a t-elle lu le texte qu’elle a signé ? Il y a de quoi fortement en douter.
Nous ne sommes même plus dans le royaume de l’interprétation juridique. La porte est grande ouverte à l’arbitraire le plus effarant, classant la Belgique parmi les démocraties illibérales de l’Union européenne aux côtés de la Hongrie et de la Pologne. Des pays qui ignorent les limites constitutionnelles du pouvoir gouvernemental et qui dépossèdent leurs citoyens de leurs droits et libertés. En d’autres termes, des pays dont le gouvernement ne respecte pas les limites de l’État de droit de la même manière que les deux derniers gouvernements belges.

Dans le projet de « Loi pandémie » le Ministre de l’Intérieur acquiert un pouvoir considérable et solitaire, dont celui de déclarer unilatéralement l’état d’urgence sanitaire, même si la Belgique n’est pas encore ou peu atteinte par une épidémie. Dans cette atmosphère de principe de précaution dégainé désormais au moindre frémissement, cela aboutira à enfermer toute la population chez elle durant 3 mois dès que la grippe saisonnière apparaitra.

Ce projet de loi commence par rappeler que l’article 23 de la Constitution garantit notamment le droit à la protection de la santé et à l’aide médicale, et que celui-ci impose d’agir face à la menace d’un effondrement du système de santé. Nous savons cependant qu’en raison de l’actuelle épidémie, tous les hôpitaux ont dû annuler des dizaines de milliers de rendez-vous et de traitements en cours pour d’autres maladies graves, notamment les dépistages des cancers. Où est « la protection de la santé et à l’aide médicale » inscrite dans l’article 23 de la Constitution face à une telle discrimination entre malades?

Concernant les mesures de police et leur proportionnalité, le texte donne le pouvoir d’action à l’Etat-major de la police sur base de rapports d’experts qui prouveraient « une réalité scientifique », et pire encore, même si « les risques dont la réalité n’est pas encore établie avec certitude […] ». Quelle méthodologie rigoureuse permet d’établir des risques sur une réalité non encore établie ? On voit clairement ici que ce texte donne le pouvoir à deux instances non élues : des fonctionnaires de police et des « experts » dont on ne sait sur quels critères ils sont sélectionnés et par qui. Rien dans la loi ne décrit avec précision l’évènement permettant de déclarer l’état d’urgence sanitaire. Cette loi sonnerait-elle la démission complète et définitive des politiques face à la haute fonction administrative et aux « experts » les plus alarmistes ? La menace totalitaire est de plus en plus palpable.

D’autant que ce 10 mars 2021, le quotidien Le Soir, dans une remarquable enquête d’investigation, révèle le projet fou de quelques fonctionnaires hors-contrôle ayant mis au point un système informatique de fusion de bases de données publiques et privées sous le nom de code « Putting Data at the Center » renvoyant les pires scénarios conspirationnistes au rayon des fictions pour enfants. A la tête de ce projet l’omnipotent Franck Robben, haut fonctionnaire n’obéissant plus qu’à lui-même, le docteur Folamour de l’informatique publique belge.
Frank Robben ne se cache pas d’être une des plumes du projet de « loi pandémie ».
Ce projet PDC, qui s’intègrerait dans les dispositifs de la « loi pandémie », est conçu hors de tout contrôle du gouvernement, de ses ministres, du Parlement et de son bras armé l’APD.
L’initiative ahurissante de Frank Robben et de ses adjoints au sein des organismes non contrôlés de la SMALS et du CSI ont une qualification dans le Code Pénal : il s’agit d’une « coalition de fonctionnaires en vue de violer les droits constitutionnels ». Le Code Pénal qualifie ces faits de Crime, et non pas de Délit, passible de la Cour d’Assise.
Le moins qu’on puisse attendre du Gouvernement et du Parlement, après les révélations du Soir, c’est que ces organismes conspirationnistes soient dissouts et leurs dirigeants démis de leurs fonctions.

Le projet de « loi pandémie » affirme à maintes reprises vouloir se reposer sur des données scientifiques les plus objectives.
Le début de l’article 3 évoque une cellule d’évaluation « composée de spécialistes et scientifiques compétents […] » dont on ne sait ni comment ni pourquoi ils sont recrutés.
Dès lors, il faudra s’attendre à voir à chaque fois apparaître les mêmes têtes pour dicter à nos Ministres quoi faire.
« Des données scientifiques les plus objectives » ? S’agit-il de la science prônée et présentée par Alexander De Croo le lundi 22 février dernier, notamment ces modélisations mathématiques sur lesquelles le gouvernement assied en partie ses décisions et qui se révèlent être des méthodes non éprouvées voire absolument incorrectes selon Axel Legay, membre de la task force vaccination ?

Le projet de loi aborde également l’Arrêté Royal du 22 mai 2019 qui concerne la planification d’urgence et la gestion de situations d’urgence.
Lorsqu’un plan d’urgence est élaboré, la question des moyens optimums est une des premières évaluations à faire. À aucun moment, la question du renforcement des capacités d’accueil des unités de soins intensifs des hôpitaux n’est levée ou même envisagée.
C’est bel et bien là un des points cruciaux.
Voilà qui remet certainement en question les politiques menées en matière de financement des soins de santé, notamment par Madame Wilmès lorsqu’elle était Ministre du Budget.
La question est bien plus vaste qu’un virus.
Le pays devra-t-il désormais être complètement paralysé dès que les hôpitaux se retrouveront sur le point de saturer ?

Aberration ultime, le texte place la Chambre devant le fait accompli. En effet, le Parlement se retrouvera à devoir approuver postérieurement tout Arrêté Royal décrété dans le cadre de la dite « urgence sanitaire ». Or, un Arrêté Royal est une loi, et les lois sont votées par le Parlement et ensuite promulguées, pas l’inverse.

Ce projet « loi pandémie » ne retient non seulement aucune leçon de toutes les erreurs commises ces douze derniers mois, ainsi que des effets collatéraux innombrables que toutes ces mesures privatives et coercitives entraînent, mais viole même le fonctionnement démocratique de nos instances. La question de la mise en quarantaine des personnes à risque et d’une protection maximale de celles-ci tout en laissant le reste de la société vivre normalement n’est évidemment et malheureusement même pas envisagée.

La DROITE POPULAIRE s’oppose fermement à toute loi dont l’arbitraire, le flou total quant à la définition exacte de son objet, et donc de sa raison d’être, offre les pleins pouvoirs au Ministre de l’Intérieur. Cette dérive totalitaire est condamnable au plus haut point et la DROITE POPULAIRE demande le retrait de ce projet législatif.

www.droitepopulaire.be

https://www.facebook.com/PartiPolitiqueDroitePopulaire/

Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-President

Communiqué

Vaccination: l’indispensable vision libérale

COMMUNIQUÉ – Vaccination: l’indispensable vision libérale

La DROITE POPULAIRE l’annonçait le 16 novembre 2020 : la campagne de vaccination à venir se dirigeait vers un fiasco prévisible. Les évènements ont donné raison à cette prédiction et au-delà des pires pronostics.
Contrairement aux dernières affirmations de Sabine Stordeur (Task Force Vaccination), la Belgique a peiné pour dépasser les 500 mille vaccinés (au 2 mars moins de 510 mille, soit en 60 jours à peine 8.500 quotidiens). En cause, la centralisation et la planification excessive exigée par les fonctionnaires.


Alors que le site de l’AFMPS indique, ce 2 mars, que les laboratoires ont déjà livré 1.253.145 doses à la Belgique, seules 509.948 personnes ont reçu la première dose et 314.319 la deuxième. En tenant compte du stock nécessaire aux deuxièmes doses à venir, la Belgique a un stock inutilisé de 428.878 doses de vaccins, soit la possibilité de vacciner immédiatement 214.439 citoyens !!!! Et les livraisons des labos s’accélèrent chaque semaine.
Le Ministre bruxellois Alain Maron, mais pas que lui, ment donc honteusement à la population pour justifier les retards par le manque de stock.
Quand donc la presse va-t-elle faire son indispensable travail de vérification et de contradiction des responsables politiques et des fonctionnaires ?


Sabine Stordeur affirme aussi qu’il n’est pas possible de mobiliser les médecins généralistes pour booster la campagne de vaccination. Nos voisins y arrivent : pourquoi pas les Belges ?
La Haute Autorité de la Santé française vient d’annoncer que le vaccin AstraZeneca sera dorénavant injecté, non seulement dans les hôpitaux et lieux de santé collective, mais également par les médecins généralistes, les infirmières, les sages-femmes mais aussi en officine par les pharmaciens. Les professionnels de la santé belges sont-ils moins compétents que leurs confrères français ?
La DROITE POPULAIRE ne le pense pas.
D’autant que, information non relayée par la docile presse belge, les laboratoires Pfeizer et Moderna ont annoncé la semaine dernière qu’une version améliorée de leurs vaccins serait incessamment mise sur le marché et ne nécessiterait plus des températures extrêmes de conservation.


Sous quinzaine, l’Agence Européenne des Médicaments va approuver la mise sur le marché du vaccin de Johnson & Johnson; un vaccin monodose se conservant en frigo et efficace contre les variantes du Covid.
Il s’agit d’un « GAME CHANGER » qui doit modifier profondément notre stratégie de vaccination. Désormais, il ne peut plus être question de laisser la médecine libérale en dehors de la campagne d’immunisation de la population.
TOUS les acteurs de la santé doivent pouvoir inoculer massivement ce vaccin à l’ensemble de la population sans tarder : les hôpitaux, les cliniques et polycliniques, les centres de santé et TOUS les acteurs, qu’ils soient médecins généralistes ou spécialisés, infirmières à domicile ou pharmacien. Qu’est-ce qui justifierait qu’un gynécologue, un psychiatre ou un dentiste ne puisse injecter à sa patientèle et à son entourage ?
Des dizaines milliers de belges se rendent quotidiennement dans ces lieux de santé, c’est une opportunité extraordinaire de les vacciner.


Il est temps que les politiciens et les fonctionnaires belges se rappellent que nous sommes une démocratie libérale avec un système de santé libéral et pas une démocratie socialiste soviétique où seuls les fonctionnaires sont « sachant ».
Le temps est venu de rappeler que la planification soviétique a toujours échoué et la preuve en a été faite depuis le début de cette crise sanitaire.


Les Belges ont soif de liberté ; il faut cesser de la leur confisquer.


La liberté est un état d’esprit, non le fait d’être affranchi de quelque chose ; c’est un sens de la liberté ; c’est la liberté de douter, de remettre tout en question ; c’est une liberté si intense, active, vigoureuse, qu’elle rejette toute forme de sujétion, d’esclavage, de conformisme, d’acceptation. (Jiddu Krishnamurti)


www.droitepopulaire.be

https://www.facebook.com/PartiPolitiqueDroitePopulaire/


Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-Président

officiel-droite-populaire

CANAUX OFFICIELS DE COMMUNICATION DU PARTI DROITE POPULAIRE

CANAUX OFFICIELS DE COMMUNICATION DU PARTI DROITE POPULAIRE

Désormais, seuls deux canaux officiels de communication du parti DROITE POPULAIRE sont agréés par le Bureau Politique, outre les communiqués de presse réguliers.

Le site internet : www.droitepopulaire.be

La page officielle du parti sur le réseau Facebookhttps://www.facebook.com/PartiPolitiqueDroitePopulaire/ Merci de vous y abonner

En commentaire de l’actualité, les positions officielles du parti y sont publiées chaque jour
Le Bureau Politique

hlb

COMMUNIQUÉ – CORONA VIRUS : Rapport confidentiel gouvernemental

COMMUNIQUÉ 14 décembre 2020 – CORONA VIRUS : Rapport confidentiel gouvernemental

Source: https://www.hln.be/binnenland/110-000-reizigers-uit-rode-zone-kwamen-belgie-binnen-in-november-amper-154-werden-getest~accb3347/

C’est Het Laatse Nieuws qui le révèle : un rapport confidentiel fédéral, consulté par le quotidien, indique que sur 110.000 passagers revenant de zones rouges, seuls 154 d’entre eux ont été testés au mois de novembre.
Cela dénote à tout le moins du manque de sérieux tant des politiques, que de l’administration et des « experts ».
Il n’est plus à démontrer que l’incompétence loge à tous les étages en Belgique. Manifestement les responsables sont plus efficaces et imaginatifs lorsqu’il s’agit de restreindre les libertés individuelles et violer la vie privée que pour être véritablement efficace dans des mesures concrètes pour endiguer la pandémie.

« Un État qui est très impuissant dans son domaine d’exercice et qui est omniprésent dans nos vies, c’est la stricte définition d’un État totalitaire […] c’est quelque chose qui doit nous interroger », Charlotte D’Ornellas dans #DaccordPasDaccord sur Cnews

Le 3 mars 2020, alors que le premier confinement n’avait pas encore été proclamé, la DROITE POPULAIRE par communiqué réclamait l’instauration d’un système de prise de température par systèmes portables infra-rouge dans les Hub de Zaventem, Liège et Charleroi (les tests n’étaient pas disponibles à l’époque).
Nous soulignions à l’époque : « L’examen par infrarouge répond au besoin de dépistage: c’est un outil vital pour la détection des températures élevées dans les groupes à risque tels que les voyageurs.
Les autorités sanitaires de certains pays du monde entier l’utilisent pour examiner les passagers arrivant en grand nombre et elle s’est révélée une méthode de détection efficace. La thermographie infrarouge (FLIR) par caméra IR contribue à la détection d’une température corporelle élevée, qui indique un état fiévreux. Son utilisation comme outil complémentaire de diagnostic, pour aider à détecter les personnes fiévreuses, peut limiter la contagion des maladies virales, comme le Corona Virus. »

Beaucoup ont souri. Dix mois et près de 18.000 morts plus tard, les responsables politiques administratifs et médicaux sont toujours incapables d’organiser une défense de première ligne digne de ce nom et déjà on pressent l’échec de la campagne de vaccination.

La DROITE POPULAIRE exige de vraies mesures préventives efficaces. Combien de morts physiques, économiques et psychologiques avant que de vrais gouvernants ne dirigent efficacement ce pays ?

www.droitepopulaire.be

Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-Président

arrogant-vandenbroucke

L’arrogant Franck Vandenbroucke Selon Frank Vandenbroucke

COMMUNIQUÉ du 30 novembre 2020 – L’arrogant Franck Vandenbroucke Selon Frank Vandenbroucke, Ministre de la Santé, l’approche belge pour la gestion de la crise sanitaire Covid-19 est la bonne, contrairement à celle de nos voisins :

Source: https://www.lesoir.be/340506/article/2020-11-27/nouvelles-mesures-pour-le-ministre-de-la-sante-lapproche-belge-est-la-bonne?from_direct=true&

Alors que, de tous les pays européens, la Belgique est celui qui a géré cette crise sanitaire de la façon la plus calamiteuse, Frank Vandenbroucke a pourtant l’arrogance incroyable de faire la leçon aux pays qui nous entourent ! Le taux de mortalité déclaré Covid-19 en Belgique est, de très loin, le plus élevé d’Europe: à l’heure actuelle 1.418 morts par million d’habitants contre 900 en Italie, 853 au Royaume-Uni, 798 en France, 544 aux Pays-Bas, 486 au Luxembourg et 195 en Allemagne.

Source: https://ourworldindata.org/ https://www.worldometers.info/

De plus, il faudra certainement se préparer à battre également le record des faillites d’indépendants, notamment, dans l’Horeca, mais pas uniquement…

La Belgique n’a même pas encore commencé à planifier la campagne de vaccination alors que la France et l’Allemagne débuteront la leur en décembre. Le Maroc entamera la sienne dès la fin décembre et aura terminé la vaccination de 25 millions de personnes pour la fin du premier trimestre 2021. La Belgique (ancienne 7ème puissance industrielle mondiale) espère terminer la vaccination au maximum de 7 millions de personnes pour la fin de l’année 2021. Une HONTE !

Source: https://www.7sur7.be/monde/comment-le-maroc-va-devenir-le-premier-pays-au-monde-a-vacciner-toute-sa-population~a231e413/?

Notre gouvernement n’a donc strictement AUCUNE leçon à donner à qui que ce soit. Soyons-en certains, question incompétence et suffisance, ce Gouvernement Vivaldi ne nous épargnera rien et il faudra, dès la crise sanitaire terminée, qu’il s’en aille afin que les électeurs soient consultés.

La DROITE POPULAIRE exige moins de blabla, moins de stratégie de communication, mais plus d’action, plus d’efficacité et le rétablissement rapide de toutes les libertés fondamentales, individuelles et collectives.

L’action de ce gouvernement doit se concentrer UNIQUEMENT sur la logistique nécessaire à une vaccination de masse de la population dans les plus brefs délais.

www.droitepopulaire.be

Pour le Bureau Politique
Vanessa CIBOUR, Co-Présidente
Aldo-Michel MUNGO, Co-Président

Vaccination : le prochain fiasco belge

Vaccination: le prochain fiasco belge

COMMUNIQUE du 16 novembre 2020
Vaccination: le prochain fiasco belge

Les premières vaccinations contre le Covid-19 commenceront dès janvier 2021 aux Etats-Unis. En Europe, certains pays prennent déjà leurs dispositions pour un démarrage de ces vaccinations dès février 2021 ; c’est le cas de nos voisins allemands (mais pas qu’eux) comme le rapporte la presse d’outre-Rhin depuis quelques jours.Dix semaines, c’est demain.


Et en Belgique ? Le pays qui se veut celui de l’excellence. Rien de très concret à l’horizon.


Nos excellences et leur entourage savent-elles seulement de quoi il retourne ?


On sait déjà que les stocks de vaccins vont devoir être conservés à une température négative de -80 degrés, ce qui nécessite des installations de réfrigérations redondantes et décentralisées dans le pays puisque la campagne de vaccination devra se faire dans des centres dédiés.Où en est la sélection et l’aménagement de ces centres en Belgique, l’achat du matériel ad hoc, l’organisation de la chaine logistique, la sécurisation de la chaine du froid ?
Réponse : nulle part.


Il va falloir sélectionner et former du personnel dédié à ces opérations et les équiper avec des véhicules réfrigérés pour les opérations mobiles, notamment pour la vaccination dans les maisons de repos.Où en est-on dans la formation des équipes et l’achat du matériel ?
Réponse : nulle part.


Il va falloir en quelques semaines vacciner 6 millions de belges si l’on veut avoir une efficacité maximale en terme de maitrise de l’épidémie. Et on sait qu’il faut deux doses dans un délais de 15 jours.Où en est l’appel d’offre pour la fourniture des douze millions de seringues et d’aiguilles, des équipements de protection, de l’alcool et des cotons qui doivent être en stock au maximum pour le 31 janvier 2021?
Réponse : nulle part.


Et la liste est longue de l’ensemble des opérations et besoins à planifier en moins de 100 jours.


Il y a eu les fiascos complets des stocks stratégiques de masques et ses multiples épisodes, après la débandade de la politique de tracing, celle du dépistage et de son application mobile, on en oublierait presque la pantalonnade du « baromètre » (sauf qu’il y a déjà plus de 14.000 morts). Accessoirement le raté de la vaccination antigrippale. En n’oubliant pas le massacre de l’économie avant l’arrivée dans les CPAS de dizaines de milliers d’indépendants et la cohorte de chômeurs du secteur privé.


Au premier trimestre 2021 nous n’échapperons pas au fiasco complet de la vaccination.


En Belgique, il semble plus important d’avoir beaucoup de Ministres de la santé et la kyrielle de cabinetards attachés, des intercommunales machin truc bidule, des comités d’experts qui se chevauchent et des « commissaires covid » que d’avoir un système de santé efficace et réactif.

L’électeur a en retour ce pour quoi il vote, in fine… Une classe politique totalement incompétente comme toute la haute fonction publique.


Pour sa part, la DROITE POPULAIRE exige du gouvernement la mise en place immédiate d’un « plan vaccination » exigeant et opérationnel pour le 1 février 2021 au plus tard.


www.droitepopulaire.be

Pour le Bureau PolitiqueVanessa CIBOUR, Co-PrésidenteAldo-Michel MUNGO, Co-Président
https://droitepopulaire.be/blog/2020/11/16/vaccination-le-prochain-fiasco-belge/