• info@droitepopulaire.be

Archive mensuelle octobre 19, 2020

Suite à l'augmentation de personnes à mobilité réduite qui parcourent nos rues et trottoirs. La Ville de Châtelet devient une Ville Adaptée

Châtelet devient une « Ville Adaptée »

Par suite de l’augmentation de personnes à mobilité réduite qui parcourent nos rues et trottoirs. Dans ce cadre nous aimerions proposer une meilleure accessibilité des bâtiments nécessaires à la vie publique, de bons services offerts, d’infrastructures accessibles, des centres commerciaux adaptés, des lieux de vie et parcs construit en fonction des besoins de la frange handicapée de la population résidant sur l’entité, et ce afin de faciliter les déplacements de ces personnes avec de bons trottoirs dans toute l’entité ainsi que des entrées de commerces et d’administrations adaptées à tous (mobilité réduite, aveugle, sourd, …). Une accessibilité accrue bénéficierait également directement à bien d’autres personnes comme les personnes âgées, les femmes enceintes, les gens connaissant des difficultés motrices temporaires. Dans ce sens, serait il possible que la Ville de Châtelet devienne une « Ville Adaptée » voire la première de Belgique ?

Réponse du service Mobilité/Urbanisme:
Les instances communales sont conscientes du fait que l’intégration des personnes handicapées est souvent rendue difficile en raison du manque d’accessibilité de certains lieux ou services. Elles ont à cœur de prendre toutes les mesures destinées à favoriser l’accessibilité au sens large permettant aux personnes handicapées de participer en toute autonomie à la vie sociale, économique, politique au même titre que les personnes valides. C’est pourquoi tous les bâtiments communaux, à l’instar de tous les bâtiments destinés à un usage collectif ou ouverts au public, ont fait l’objet d’aménagements adéquats: l’accessibilité et la mobilité sont essentielles à la participation sociale de c: l’accessibilité et la mobilité sont essentielles à la participation sociale de chacun.

En ce qui concerne l’aménagement des espaces publics, cette problématique est systématiquement prise en compte lors de l’analyse technique des travaux et la demande de permis d’urbanisme. Les nouvelles voiries doivent permettre une libre circulation des personnes à mobilité réduite. La direction des Études et de la Programmation de la direction générale des Transports développer des outils et les incitants utiles à une gestion cohérente et efficace de la mobilité en Région wallonne et a développé un guide des bonnes pratiques pour l’aménagement de cheminements piétons accessibles un guide des bonnes pratiques pour l’aménagement de cheminements piétons accessibles à tous. À ce titre, elle assiste les gestionnaires de voirie et d’espaces publics dans la conception à tous. À ce titre, elle assiste les gestionnaires de voirie et d’espaces publics dans la conception d’aménagements satisfaisants pour tous les usagers, en particulier pour la mise en œuvre des Plans communaux de mobilité (PCM) et des Plans de déplacements scolaires (PDS).

Enfin, en ce qui concerne les logements, l’arrêté du Gouvernement wallon du 15 mai 2014, publié le 21 août 2014, relatif au logement accessible, au log
ment adaptable et au logement adapté fixe toute une série d’indications techniques pour faire de son habitation un logement accessible, adaptable ou adapté. Désormais, au moment de construire une habitation ou un ensemble de logements, il est possible de prévenir une perte d’autonomie temporaire ou définitive (grossesse, accident, handicap, vieillesse…) en intégrant dès le départ des aménagements simples (largeur des portes, planéité du sol…). Le Guide régional d’urbanisme en ses articles 414 et 415, compile également des informations qui se retrouvaient auparavant dans le Règlement général sur les bâtisses relatif à l’accessibilité et à l’usage des espaces et bâtiments ou parties de bâtiments ouverts au public ou à usage collectif par les personnes à mobilité réduite (articles 414 et 415 du CWATUP). Ces articles conservent une valeur réglementaire. Ces normes et prescriptions sont systématiquement examinées dans le cadre d’une demande de permis d’urbanisme pour la transformation ou la construction d’immeubles à logements multiples ou à usages multiples et sont régulièrement imposées au minimum pour les logements situés au rez-de-chaussée.

Il est à noter que ces dossiers sont systématiquement soumis à l’avis de la zone de secours qui veille au respect de l’Arrêté royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l’incendie et l’explosion. De même, des normes en matière de sécurité dans les centres d’accueil, de revalidation ou d’hébergement des personnes handicapées sont imposées par le Code du Développement Territorial qui est entré en vigueur en 2017.

Discussions:
Monsieur le Bourgmestre précise que, pour créer ce genre de ville, il faut énormément d’argent. Les bâtiments communaux ont été adaptés avec des rampes d’accès. Les nouvelles rues sont prévues avec des passages piétons adaptés pour les malvoyants.
Améliorer l’accessibilité des personnes handicapées est la volonté de tous mais cela ne peut se faire que petit à petit. C’est une des premières préoccupations de la Ville de Châtelet. On prévoit des aménagements pour le nouveau et on essaie d’adapter l’ancien.

Le dos d’âne du bas de la rue com porte un emplacement à mobilité réduite juste devant celui-ci, donc les véhicules passent à côté de celui-ci.

Rue de l’Étang


Rue de l’Étang – Il manque des potelets ou bacs fleuris empêchant les véhicules de passer à côté du dos d’âne pour celui du haut de la rue. Le dos d’âne du bas de la rue comporte un emplacement à mobilité réduite juste devant celui-ci, donc les véhicules passent à côté de celui-ci.


Réponse de Monsieur le Bourgmestre:


Cet aménagement de sécurité avait été sollicité par la police mais, une fois installé, il a été remarqué que les camions fournissant Weber et Bertrabois ne savaient plus passer. Dès lors, les potelets ont été enlevés. Suite à la pétition des riverains, Monsieur BORZA a été mis au courant et va demander une nouvelle analyse à l’agent chargé de la mobilité. Ensuite de quoi, une rencontre avec les citoyens sera organisée afin de trouver une solution.

Discussions:

Monsieur le Bourgmestre précise qu’il y avait des potelets de part et d’autre du coussin berlinois mais que les gens se garaient sur le coussin empêchant le passage, notamment pour les camions de livraison. La Police a donc demandé d’enlever lesdits piquets.
Maintenant, les riverains mécontents ont été voir Mr BORZA qui cherche actuellement une solution. Ensuite, une réunion sera organisée avec les riverains pour apaiser les tensions.


Mr TISSIER demande pourquoi avoir autorisé un emplacement handicapé juste près du coussin berlinois.


Monsieur le Bourgmestre interrogera la police.

Une des missions des Gardiens de la Paix constatateurs est le constat de mobilier dégradé.

Tolérance zéro pour le mobilier public détérioré

Lorsque le mobilier public est détérioré, est-il possible d’appliquer une « tolérance zéro casse» et de réparer dans des délais très courts afin de
garder, voir relever, le niveau de salubrité ?


Réponse de la Police administrative:
Une des missions des Gardiens de la Paix constatateurs est le constat de mobilier dégradé. A la suite d’un tel constat, les agents informent le service Travaux afin de procéder au remplacement de celui-ci.
Si le matériel est de stock, le service Travaux procède, dans un délai court, au remplacement. Dans le cas contraire, la procédure des Marchés public est enclenchées. Ce qui implique une demande d’offre et la consultation de différents fournisseurs. Une telle démarche suscite un délai plus long.